16.4 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

« Un risque important » : variole du singe et gay pride, les autorités marchent sur un fil

Actualité

Sciences

La variole du singe n’est ni une maladie sexuellement transmissible, ni une maladie gay, encore moins une maladie spécifiquement africaine. Ce virus peut toucher n’importe qui : il se transmet par contact avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’un malade, par les gouttelettes (salive, éternuement) et via certains objets contaminés (literie, vaisselle…). Par un enchaînement d’événements mystérieux – un « hasard épidémiologique » disent les infectiologues – il a réussi à trouver un chemin pour se diffuser hors d’Afrique de l’Ouest, où il est endémique. Et ce chemin est passé par la communauté gay. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les patients infectés jusqu’ici sont en effet « majoritairement, mais pas exclusivement, certains hommes ayant certains rapports sexuels avec certains hommes ». 

googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘in_article’); });

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici