21.5 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

Nicholas Angelich, pianiste-monde pour l’éternité

DISPARITION – Le virtuose américain a disparu à l’âge de 51 ans.

C’est avec une tristesse infinie que le milieu classique apprenait, ce lundi 18 avril au soir, la disparition du pianiste Nicholas Angelich, à l’âge de seulement 51 ans. Le virtuose américain, qui avait fait l’essentiel de sa carrière en France et vivait à Paris, souffrait depuis plusieurs années d’une maladie respiratoire, qui l’a malheureusement emporté en ce week-end de Pâques, alors que disparaissaient aussi deux autres noms illustres de la musique: le compositeur britannique Harrison Birtwistle et le pianiste roumain Radu Lupu.

Sur les réseaux sociaux, les comptes d’innombrables musiciens se sont comme voilés de larmes et de noir. Philippe Cassard faisait part de son «immense chagrin» à l’égard de ses deux collègues, qui venaient de rejoindre «le paradis des pianistes». Tandis que le chef et compositeur Esa-Pekka Salonen évoquait «un jour d’une tristesse inimaginable…», Renaud Capuçon, qui avait joué à de très nombreuses reprises avec Nicholas Angelich, lui rendait hier matin un dernier…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici