15.4 C
Londres
samedi, juin 25, 2022

Le compositeur ukrainien Igor Poklad exfiltré de sa ville occupée près de Kiev

Décoré en décembre par le président Volodymyr Zelensky, le musicien populaire âgé de 80 ans avait été pris au piège, avec sa femme, au nord-ouest de la capitale. Il a été sauvé grâce à des alertes lancées par un journaliste sur Facebook.

Le musicien acclamé avait davantage l’habitude des tonnerres d’applaudissements que des tempêtes de bombes. Élevé en décembre au rang de Héros de l’Ukraine par le président Volodymyr Zelensky, le compositeur Igor Poklad a été évacué, avec sa femme Svetlana, de la région de Kiev à la mi-mars, plusieurs semaines après le début du siège partiel de la capitale. Le dénouement heureux fait suite à un cri d’alerte lancé sur Facebook par un journaliste, alors que tout contact cette figure majeure de la musique ukrainienne contemporaine avait été rompu à la suite de l’avancée des troupes russes.

Isolé dans leur village de Vorzel, situé dans la partie occupée du nord-ouest de Kiev, le couple s’était terré dans leur maison alors que les combats faisaient rage autour d’eux. Depuis la fin février, la commune voisine d’Irpin se trouve sur la ligne de front, prenant au piège les civils encore sur place et les coupant de tout lien direct avec le reste du monde. Une situation qui, jour après jour, inquiétait de plus en plus le journaliste et présentateur Dmitry Gordon, qui avait interviewé Igor Poklad en 2015. «Nous devons sauver la légende et la fierté de l’Ukraine !», avait-il alerté le 9 mars sur Facebook, en indiquant la position précaire du compositeur et de sa femme, forcés de se réfugier dans leur cave, «sans nourriture ni sans eau».

Sauvé par un bénévole

L’appel a été entendu. Le couple, ainsi que ses deux chiens, a pu être rejoint et évacué en voiture, les jours suivants, par l’action de Kostyantyn, un bénévole. «Deux semaines passées sous les explosions de mortiers et sous la grêle, sans lumière et sans eau. La famille a survécu à une période effrayante et a connu l’enfer sur le dangereux chemin emprunté, s’est ému, le 12 mars sur Facebook, l’ancien ministre ukrainien de la culture Yevhen Nyshchuk. Les artistes sont faits pour créer et non subir une telle épreuve !». L’homme politique a précisé avoir pu rencontrer Igor Poklad depuis son évacuation, s’assurant de ses propres yeux que le compositeur phare de l’Ukraine était bien sain et sauf.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes, le 24 février, de nombreux ensembles et artistes ont été accueillis à l’étranger, notamment ceux qui se trouvaient déjà en tournée, comme c’est le cas du Kiev City Ballet ou du Grand Ballet de Kiev. D’autres sont restés, par choix ou par contrainte – les hommes entre 18 et 60 ans ayant l’interdiction de quitter le pays. À Kiev, plusieurs artistes ont ainsi, par exemple, trouvé refuge dans la galerie d’art Voloshyn.

L’œuvre d’Igor Poklad a été célébrée en grande pompe en Ukraine, en décembre dernier, à l’occasion de son 80e anniversaire. Un âge canonique qui avait incité le gouvernement à couvrir le compositeur des plus hautes décorations officielles. Ce ne sont pas les premières obtenues par le musicien. Né en 1941 au Kirghizistan, alors en URSS, le lauréat 1986 du prix Shevchenko et créateur d’opérettes est à l’origine de nombreux airs populaires de l’Ukraine d’après-guerre. Des chansons interprétées par des figures de la variété soviétique, comme Muslim Magomayev, Tamara Miansarova et Nina Matvienko, ou encore la vedette ukrainienne Ruslana. Le compositeur est également l’auteur de nombreuses musiques de films des années 1970-1980, dont les thèmes et les motifs sont restés populaires jusqu’à aujourd’hui. Et qui forment une partie de cette culture ukrainienne vouée aux gémonies par le pouvoir russe.

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici