21.1 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

Kirill Petrenko, le chef des chefs

RÉCIT – À la tête de son philharmonique de Berlin, il sidère avec «La Dame de pique» au festival de Pâques de Baden-Baden.

Envoyé spécial à Baden-Baden

Kirill Petrenko est un problème. Quand on a entendu une œuvre dirigée par lui, on a du mal à retourner à des interprétations «normales». On a beau savoir que l’attitude consistant à dire «cela ne vaut pas Petrenko» est stérile et vaine, la tentation est grande. Il faut juste laisser passer un peu de temps, tout en sachant que la barre a été placée à une hauteur qui devrait faire office d’aiguillon pour tout chef d’orchestre en activité. Il y en a en général un par génération, dont on peut dire qu’il y a lui et les autres. Un Herbert von Karajan, un Carlos Kleiber, un Claudio Abbado, chacun à sa manière, ont joué ce rôle. Aujourd’hui, c’est Kirill Petrenko.

Ce préambule pour vous dire que ce que l’on a entendu dans La Dame de pique de Tchaïkovski au Festival de Pâques de Baden-Baden est tout simplement fulgurant, avec ce qui reste probablement le meilleur orchestre du monde. Rappelons d’abord que le Festival de Pâques du Philharmonique de Berlin est l’occasion…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici