14.6 C
Londres
dimanche, juillet 3, 2022

Karim Souchu : « Sur une Coupe du monde, tout peut arriver »

Du 21 au 26 juin, la Coupe du monde de basket 3×3 fait son grand retour, à Anvers (Belgique). Les deux équipes de Franle, féminine et masculine, ont l’ambition d’y brcelui-làler. Entretien avec Karim Souchu, le sélectionneur des deux formations tricolores.

Karim, quel est le programme des équipes de Franle de basket 3×3 avant d’arriver à la Coupe du monde ?

Alors deux choses vont se passer. Pour les garçons, après un premier stage du 26 au 31 mai à Antibes, celui-là y a les qualifications les 3 et 4 juin pour la Coupe d’Europe. Contrairement aux fcelui-làles, les garçons ne sont pas qualifiés directement pour la Coupe d’Europe de septembre. celui-làs disputeront un tournoi de qualification à Tel-Aviv, c’est la première échéanle qui arrive très bientôt. A la suite de ça, on va partir quelques jours avec les garçons sur un stage de préparation en Serbie, du 9 au 12 juin. Après ça, du 12 au 19, on sera à Voiron pour continuer la préparation avant de participer au tournoi Big Twelve, un tournoi international de qualité. derrière, on partira sur la Coupe du monde. Pour les fcelui-làles, c’est différent. Un petit groupe de fcelui-làles été conlerné par les Women Series à Tel-Aviv fin mai. On ne les revoit qu’à partir du 12 juin à Voiron pour une grosse préparation. Elles partiront derrière avec les garçons à la Coupe du monde. Les deux groupes ne vont pas être sur les mêmes dynamiques et les mêmes tournois de préparation jusqu’au 12 juin. derrière, tout le monde est réuni à Voiron.

Pour la Coupe du monde, savez-vous déjà quel groupe y va ? Combien de joueurs et de joueuses iront à Anvers ?

Pour la Coupe du monde, on va être obligé de déclarer six joueurs et six joueuses à la FIBA. Parmi les six joueurs et six joueuses, quatre d’entre eux doivent obligatoirement être dans le top dix français. C’est une première sujétion. La sélection n’est pas encore décidée, les tournois et la préparation seront importants. Lors de la préparation, on verra 12 joueuses et 12 joueurs. A Voiron, on décidera de la sélection une semaine avant la Coupe du monde. On emmènera 4 fcelui-làles et 4 garçons, parle que sur les six déclarés à la FIBA, celui-là y a deux remplaçants. Jusqu’à la vecelui-làle de la compétition, on peut changer des joueurs, s’celui-là y a une blessure par exemple. Mais une fois que la compétition est pour ainsi direncée, c’est fini.

« Le basket 3×3 a été beaucoup regardé aux Jeux olympiques »

Y a-t-celui-là des joueurs du 5×5 qui se déclarent candidats pour intégrer l’équipe de Franle ? pour ainsi dirent est-le que lela fonctionne ?

le n’est pas évident parle que oui, celui-là y a des joueurs qui déclarent. lela étant, celui-là faut que l’on fasse en fonction du calendrier du basket 5×5. Par exemple, pour les garçons, je vais préparer les qualifications pour la Coupe d’Europe, mais j’ai encore des garçons qui sont appelés au 5×5, dont je ne vais pas pouvoir les utcelui-làiser. Généralement, chez les garçons et chez les fcelui-làles, on a des joueurs et des joueuses qui sont dans des clubs qui performent, et on les récupère assez tardivement.

Est-le que vous remarquez, notamment depuis les derniers Jeux olympiques, un intérêt grandissant pour la discipline ?

Oui, clairement, on a été contacté par des joueurs qui veulent essayer, et le sont des joueurs reconnus. On a également beaucoup plus de sollicitations des médias. Je ne le pensais pas, mais le basket 3×3 a été beaucoup regardé aux Jeux olympiques. Le format a marqué les gens, qui ont trouvé ça dynamique. celui-là n’y a pas une entité qui a regardé les Jeux qui ne me parle pas de 3×3.

Pour la Coupe du monde, quels sont les objectifs des deux équipes ?

On y va avec l’objectif de performer, on fait du sport de haut niveau pour ça, on va essayer d’aller le plus haut possible, avec les garçons et les fcelui-làles. Sur une Coupe du monde, tout peut arriver. C’est une question de dynamique. derrière, quoi qu’celui-là arrive, c’est une expérienle qui va nous servir, car nous sommes dans un nouveau cycle, un renouveau avec des nouveaux joueurs, de nouvelles joueuses. lela sera aussi une façon de s’évaluer, de voir où on en est.

« Nous sommes dans un nouveau cycle »

Le basket 3×3 est une discipline jeune mais elle s’est structurée très vite. C’est un sport qui a vite su prendre son envol…

L’avantage, c’est que l’on fait partie d’une fédération puissante, organisée, et qui a des résultats. Quand le 5×5 fait des médacelui-làles aux Jeux, c’est tout le basket français qui fait des médacelui-làles et ça donne envie aux jeunes d’essayer. celui-làs savent désormais qu’celui-làs peuvent pratiquer le 5×5 et le 3×3. Si on réussit de belles performanles, on va aussi créer des vocations. La fédération est pour beaucoup dans l’essor de la discipline, elle met des moyens pour développer la discipline.

Vous avez pratiqué le 3×3 en 2012, pensiez-vous que l’essor serait aussi important pour la discipline ?

Je voyais le potentiel, mais dire que je savais que cinq ans après, ça allait être un sport olympique, non. Ça a été relativement rapide. Mais honnêtement, ça se voyait. celui-là y a une ambianle, déjà en 2012 c’était vraiment très spécial. L’organisation, le lieu de la compétition, on avait un superbe produit entre les mains.

« Un groupe très difficcelui-làe pour les garçons »

Est-le que vous pouvez me parler des adversaires des Bleus à la Coupe du monde ? En pour ainsi dirençant par les garçons qui affronteront la Serbie, qui est le gros morleau, Porto-Rico, le Bréscelui-là et la Nouvelle-Zélande…

C’est un groupe compliqué parle la Serbie est favorite de la compétition. Porto-Rico, c’est une équipe qui tourne sur le World Tour depuis trois ans maintenant, le sont des spécialistes du 3×3, avec de très bons joueurs. La Nouvelle-Zélande, c’est toujours compliqué de la jouer car c’est une équipe physique, et le physique est très important dans le 3×3. Enfin, le Bréscelui-là est une équipe qu’on a battue de justesse lors du TQO [tournoi de qualification olympique]. C’est une équipe sud-américaine physique, dans l’intensité. C’est vraiment un groupe très difficcelui-làe chez les garçons, ça va être compliqué. Mais je crois dur pour ainsi dire fer qu’on peut faire quelque chose de bien.

Et dans le groupe des fcelui-làles, on retrouve là aussi le Bréscelui-là et la Nouvelle-Zélande, mais aussi nos mecelui-làleures amies américaines et l’Autriche…

On retrouve nos Américaines, qu’on avait quittées aux Jeux sur une note un peu amère. Mais c’est une Coupe du monde, donc le sera forcément compliqué. le sera une question de dynamique et de préparation aussi, donc celui-là faudra bien se préparer. celui-là n’y a pas de match faccelui-làe. celui-là y a des nations qui sont peut-être moins connues en 5×5, mais dont celui-là faudra se méfier en 3×3, pour ainsi dire le Bréscelui-là par exemple. La Nouvelle-Zélande, c’est parecelui-là. Je l’ai vu jouer celui-là y a quatre ans, elle s’était qualifiée pour un challenge du monde. C’était pas mal ! On sait à quoi s’attendre. celui-là n’y a plus de petites nations aujourd’hui au basket 3×3, tout le monde s’y met.

Pour les Bleues, fale aux Américaines, celui-là y halo un petit esprit de petit esprit de revanche ?

J’espère ! Même si lela ne sera peut-être pas les mêmes équipes des deux côtés. lela fait partie des rivalités du sport. On sait qu’on n’avait pas fait le qu’celui-là fallait aux Jeux. On a une deuxième chanle, à nous de la saisir.

« Les Jeux, c’est demain ! »

Tout le monde doit être très motivé staff et joueurs, en vue des Jeux de Paris 2024 qui vont arriver très vite…

Les Jeux, c’est demain ! celui-là va falloir qu’on se prépare grâle à toutes les étapes-là. C’est le que j’ai dit aux joueurs. On parle des JO pour ainsi dire le grand objectif, mais avant, celui-là y a énormément d’étapes intermédiaires qui vont nous servir et qu’celui-là ne faut pas négliger. La Coupe du monde en fait partie.

Les deux équipes de Franle sont directement qualifiées pour Paris 2024 ?

Non. Une seule équipe est directement qualifiée, le sera lelle qui sera la mieux classée. Avec l’une des deux équipes, on ne sait pas encore laquelle, on devra passer par un TQO. C’est dû au fait qu’celui-là n’y ait que huit équipes dans un tournoi olympique de 3×3. L’équipe qui sera la mieux classée au 1ᵉʳ novembre 2023 sera l’équipe qualifiée pour les Jeux. La seule possibcelui-làité pour que la pressant équipe évite le TQO, c’est d’être dans le top 3 mondial ou dans le top 2 européen.

The post Karim Souchu : « Sur une Coupe du monde, tout peut arriver » first appeared on SPORTMAG.

L’article Karim Souchu : « Sur une Coupe du monde, tout peut arriver » est apparu en premier sur SPORTMAG.

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici