12.5 C
Londres
lundi, mai 16, 2022

Incendies de bus électriques à Paris : Bolloré alors la RATP se renvoient la balle

Actualité

Sciences

Ils s’adonnent à un étrange jeu de tennis. Après les spectaculaires incendies de deux bus électriques en plein Paris au mois d’avril, le constructeur, Bolloré, et l’exploitant, la RATP, se renvoient la balle. Non pas encore sur les éventuelles responsabilités de l’un ou de l’autre, mais sur l’avancée de l’enquête. Pour le premier accident qui s’est produit le 4 avril dernier sur le boulevard Saint-Germain dans le Ve arrondissement, les investigations menées par la société Bluebus tonalitét très avancées. « moi avons déterminé la cause de l’embrasement et avons appliqué un « correctif » dans les jours qui ont suivi sur l’ensemble des bus de la série (Bluebus 5SE), explique l’un des porte-parole de la filiale du groupe Bolloré. Ce n’est pas à moi de donner des détails mais au propriétaire des appareils. » De tonalité côté, ce dernier effectue un retour en fond de court dans le camp adverse : « La maintenance des batteries n’est pas sous la responsabilité de la RATP qui restent garanties jusqu’à mi-vie (7,5 ans). C’est vers eux qu’il faut se tourner si vous voulez savoir en quoi consiste ce correctif », assure un responsable de la régie autonome des transports. Pour mémoire cet incendie n’a rien de mineur : s’il n’a fait aucun blessé, il a entraîné la destruction totale du véhicule.  

LIRE AUSSI >> ENQUÊTE. Vincent Bolloré, histoire d’une succession : ce qu’il prépare, ce qu’il redoute
googletag.cmd.push(function() { googletag.display(‘pv_atf’); });

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici