12.1 C
Londres
dimanche, juillet 3, 2022

cinq opéras pour le prix d’un

CRITIQUE – En étirant le temps de l’œuvre de Mozart, Le metteur en scène David Hermann sollicite constamment l’attention. Un trop-plein toutefois mémorable à L’Opéra national du Rhin.

C’est un spectacle foisonnant d’intelligence, au risque de se piéger lui-même, que propose le metteur en scène David Herrmann à l’Opéra national du Rhin. Cela fait longtemps que l’on sait que Cosi fan tutte n’est pas qu’une comédie légère. Hermann en exploite avec force le potentiel tragique en interrogeant ce que nous raconte cette histoire de couples confrontés à la cruauté de la vie affective. Il le fait en insistant sur deux ressorts traditionnellement négligés de cette intrigue bien connue: le temps et la guerre. L’évolution humaine des deux couples est traditionnellement présentée dans une unité de temps, ce qui nuit à sa vraisemblance. Hermann étend l’action sur trente-sept ans, de 1913 à 1950. Une vie d’adulte.

Chez Mozart et Da Ponte, pour justifier l’absence des deux amants et rendre possible le pari de l’infidélité, Don Alfonso les fait partir pour une guerre fictive. Celle-ci est bien réelle, c’est celle de 14, et si les femmes ne reconnaissent pas leurs fiancés quand ils se…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici