14.6 C
Londres
dimanche, juillet 3, 2022

Squid, le groupe anglais idéal pour notre époque

Le quintet de Brighton vient enfin à Paris présenter les chansons de l’exceptionnel Bright Green Field, sorti au printemps dernier.

Le 13 septembre dernier, ils étaient attendus pour un concert à la Maison de la radio organisé par nos confrères de France Inter. Ils auraient dû y partager l’affiche avec les excellents Liminanas. Hélas, une «sombre histoire de passeports», comme l’a expliqué l’attaché de presse du groupe, nous a privés d’une prestation des Anglais de Squid, et c’est bien dommage. On ne fait en effet pas beaucoup mieux ces jours-ci en matière de combustion live. Les plus prestigieuses publications britanniques (The Guardian, NME, The Face, The Quietus) ont déjà fait de ce quintet formé à Brighton leur chouchou.

Cet album a créé un paysage urbain imaginaire

Ollie Judge, qui écrit la plupart des paroles de l’album «Bright Green Field»

Après une attente de plusieurs mois, et un suspense bien entretenu sur la foi de concerts épatants, Squid a signé avec l’exigeant label Warp, sur lequel il a sorti le fabuleux Bright Green Field en mai dernier. Un album aussi ambitieux qu’original, dense et nerveux, qui bouscule les habitudes. Composé de cinq musiciens férus d’expérimentation, Squid malaxe habilement postpunk, jazz, soul et ambient.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici