14.6 C
Londres
dimanche, juillet 3, 2022

Ressusciter le mammouth laineux : le projet fou qui inquiète certains scientifiques

Dans Jurassic Park, des manipulations génétiques permettaient de ressusciter des dinosaures. Trente ans plus tard, la biologie de synthèse existe bien pour venir à bout d’espèces envahissantes ou stopper l’extinction des espèces et la perte de biodiversité. Mais au-delà de ces objectifs, certains scientifiques ont d’autres ambitions. 

Lundi, l’entreprise américaine Colossal s’est lancée le défi de voir à nouveau les mammouths laineux, espèce éteinte il y a 4000 ans, fouler le sol arctique à l’aide de techniques de manipulation génétique. « Colossal va lancer un modèle pratique et efficace de dé-extinction et sera la première entreprise à appliquer des techniques avancées de modification génétique pour réintégrer le mammouth laineux dans la toundra arctique », clame l’entreprise dans un communiqué. Elle est parvenue à lever 15 millions de dollars de fonds privés pour accomplir cet objectif qui est accueilli avec scepticisme par certains experts. 

Des « mammouphants »

Créée par l’entrepreneur Ben Lamm et le généticien George Church, Colossal entend insérer des séquences d’ADN de mammouth laineux, collecté sur des restes préservés dans le sol sibérien, dans le génome d’éléphants d’Asie, afin de créer une espèce hybride. Les éléphants d’Asie et les mammouths laineux ont un ADN similaire à 99,6%, souligne Colossal sur son site Internet. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

« Notre but est de créer un hybride mi-éléphant, mi-mammouth. En fait, il s’agirait plus d’un éléphant [génétiquement parlant] doté de nombreux traits du mammouth. Nous n’y sommes pas encore mais cela pourrait arriver d’ici quelques années », expliquait il y a quatre ans le professeur George Church au Guardian.  

Cette créature, parfois appelée « mammouphant », serait en partie un éléphant, mais avec des caractéristiques propres au mammouth laineux, comme de petites oreilles, de la graisse sous-cutanée, de longs poils hirsutes ou du sang plus adapté au froid.  

Pour stopper les effets du changement climatique

La création de ces pachydermes hybrides puis leur réintroduction dans la toundra doivent permettre « de restaurer des écosystèmes disparus qui pourront aider à stopper voire à inverser les effets du changement climatique », assure l’entreprise. Et ce, grâce au piétinement, aux excréments et à l’enracinement des créatures qui finiront par aider le paysage à revenir à son état antérieur, en théorie. 

Les mammouths laineux génétiquement modifiés pourraient notamment « redonner vie aux prairies arctiques », qui permettent de capter le dioxyde de carbone et de supprimer le méthane, deux gaz à effet de serre, selon Colossal. 

Les chercheurs espèrent produire des embryons de ces animaux hybrides dans quelques années, et finalement produire des populations entières, précise le New York Times. « Sur la base de la technologie disponible et de ce dont George [Church] est capable, nous aurions déjà des mammouths aujourd’hui si nous avions eu le bon montant de financement et si nous nous y étions concentrés au cours des cinq dernières années », affirme Ben Lamm au Texas Monthly.  

Toujours cité par le Texas Monthly, Ben Lamm assure qu’une autre grande raison de fabriquer un nouveau mammouth est d’être à l’avant-garde d’une révolution biotechnologique. Mais il risque de se heurter à la défiance de la communauté scientifique. 

Scepticisme chez les scientifiques

La dé-extinction, concept qui consiste à créer un animal similaire à une espèce éteinte en utilisant la génétique, ne fait pas l’unanimité dans la communauté, certains chercheurs doutant notamment de sa faisabilité ou s’inquiétant des risques de son application.  

« Il y a des tas de problèmes qui vont se poser lors de ce processus », explique la biologiste Beth Shapiro dans le New York Times. « Ce n’est pas une dé-extinction. Il n’y aura plus jamais de mammouths sur terre. Si cela fonctionne, ce sera un éléphant chimérique, un organisme totalement nouveau, synthétique et génétiquement modifié », a pour sa part tweeté Tori Herridge, biologiste et paléontologue au muséum d’histoire naturelle de Londres. « Combien de mammouths faudrait-il pour obtenir ces effets sur les écosystèmes arctiques ? Eh bien, il y a 21 000 ans, on estime qu’il y avait 200 millions de mammouths en Eurasie. C’est beaucoup de mammouths ! », pointe-t-elle encore. 

Heather Bushman, philosophe à la London School of Economics, estime quant à elle que tous les avantages que les mammouths pourraient provoquer devront être équilibrés avec les souffrances possibles que ces animaux pourraient subir en étant créés par des scientifiques. « Vous n’avez pas de mère pour une espèce qui – si elle ressemble à un éléphant – a des liens mère-enfant extraordinairement forts qui durent très longtemps, a-t-elle déclaré. Une fois qu’il y a un ou deux petits mammouths au sol, qui s’assure qu’on s’occupe d’eux ? », s’inquiète-t-elle, également citée par le New York Times. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Le mammouth laineux vivait il y a « seulement » 4000 ans en Europe, en Asie, en Afrique du Nord et en Amérique du Nord, alors que la Terre traversait une ère glaciaire. Son extinction serait due à la fois au réchauffement climatique et à la chasse. Son plus proche cousin est l’éléphant asiatique, une espèce aujourd’hui menacée. Selon George Church, en plus de faire potentiellement revivre l’animal mythique, ces modifications génétiques pourraient aussi permettre de préserver l’éléphant asiatique. 

Opinions

La ligne verte

Par Pierre Abadie, responsable Climat, Tikehau Capital

Chronique

Par Marylin Maeso

Chronique

Par Sylvain Fort

Economie

Par Vincent Pons

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici