13.7 C
Londres
jeudi, juin 30, 2022

R. Kelly songe à faire appel de sa condamnation pour trafic sexuel

Reconnu coupable par un tribunal de Brooklyn, le chanteur nie toujours les faits et un autre procès pourrait avoir lieu.

Les ennuis judiciaires de R. Kelly sont loin d’être finis. Reconnu coupable de plusieurs crimes fédéraux, notamment de trafic sexuel, le chanteur risque au moins dix ans de prison et pourrait même être condamné à perpétuité. Dans l’attente de connaître la peine exacte, la défense envisage l’option d’un nouveau procès, comme l’a expliqué son avocat Deveraux Cannick à CNN. «Vous n’avez pas pu voir toutes les incohérences. Nous avons dit dans notre résumé que le gouvernement avait choisi la version qui, selon eux, soutiendrait la poursuite du récit. Pourquoi s’attendrait-il [R. Kelly] à ce verdict étant donné toutes les incohérences que nous avons vues ?», explique l’avocat.

La sentence dans sept mois

Le tribunal fédéral de Brooklyn a reconnu le chanteur coupable de l’ensemble des crimes pour lesquels il était jugé, notamment d’exploitation sexuelle de mineur, d’enlèvement, d’extorsion, de travail forcé et de corruption. Durant les six semaines de procès, cinquante témoins sont venus à la barre raconter les humiliations sexuelles, les viols, le goût pour la pédopornographie et les séquestrations de Robert Sylvester Kelly, sur une période allant de 1994 à 2018. La sentence sera prononcée le 4 mai 2022.

À l’annonce du verdict, l’avocate générale se réjouissait de voir R. Kelly marqué à jamais «comme un prédateur, qui a utilisé sa renommée et sa fortune pour s’en prendre aux jeunes, aux vulnérables et aux sans voix pour sa propre satisfaction sexuelle. (…) R. Kelly est un prédateur qui a utilisé son entourage pour piéger des filles mineures et des jeunes hommes et femmes pendant des décennies, dans un réseau sordide d’abus sexuels, d’exploitation et d’humiliation.»

D’autres procès en vue

Les soucis judiciaires du chanteur remontent à 2008. Déjà à l’époque, des accusations de pédopornographie l’avaient amené devant un tribunal, mais il avait été acquitté. C’est finalement la sortie du documentaire Surviving R Kelly début 2019 qui met en lumière l’ampleur des sévices infligés par le chanteur. Il y est dépeint comme un prédateur sexuel à la tête d’une communauté quasi sectaire, dans laquelle il viole des mineures et retient par la contrainte plusieurs personnes.

Les déboires judiciaires ne sont dans tous les cas pas finis pour l’auteur de I Believe I Can Fly. Il entamera dans les prochains mois une tournée des tribunaux, qui le mènera dans l’Illinois et le Minnesota. Les peines de prison étant cumulables dans le système judiciaire américain, et les crimes sexuels particulièrement sanctionnés, l’homme de 54 ans pourrait passer le reste de ses jours en prison.

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici