16.4 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

Pink propose de payer l’amende de l’équipe norvégienne de Handball pour ne pas avoir joué en bikini

La chanteuse américaine a soutenu les joueuses contraintes à verser 1500 euros à la Fédération européenne de Handball. Une sanction qu’elle juge «très sexiste».

«La fédération européenne devrait payer une amende pour sexisme», s’est emportée Pink sur Twitter, lundi. La chanteuse américaine a pris la défense de l’équipe norvégienne de handball contrainte de payer une amende pour ne pas avoir porté de bikini lors d’un match du championnat d’Europe de handball. «Je suis très fière de l’équipe norvégienne féminine de handball pour s’être élevée contre un règlement très sexiste sur leur “uniforme”», a-t-elle expliqué. Avant d’ajouter : «Je serai ravie de payer votre amende.»

Chaque joueuse avait dû payer une amende de 150 euros pour avoir porté un short lors d’un rencontre contre l’équipe espagnole de handball. Le règlement de la Fédération internationale de handball précise pourtant que «les joueuses doivent porter des bas de bikini (…) ajustés et échancrés», dont «les côtés doivent être larges d’au maximum 10cm». La commission de discipline de la Fédération européenne de handball (EHF) les a donc sanctionnées, la semaine dernière.

Si Pink a offert de régler la somme, la fédération norvégienne avait assuré à l’AFP qu’elle prendrait en charge l’amende. «Bien sûr que nous prendrions une éventuelle amende à notre charge», a déclaré à l’AFP son président, Kare Geir Lio. «Nous sommes tous sur le même bateau», avait-il conclu. La décision avait provoqué un véritable tollé. Le ministre norvégien de la Culture, Abid Raja, en charge des questions sportives, avait qualifié la situation de «complètement ridicule».

«Bravo les filles»

Pink, connue pour ses prises de position engagées, s’est joint au mouvement de soutien des joueuses nordiques. Dans son tweet, elle les félicite dans un élan de solidarité féminine et dénonce «un règlement très sexiste». L’interprète de Stupid Girls a abordé tout au long de sa carrière les questions de féminité, de standards de beauté et de genre.

En janvier dernier, critiquée pour avoir pris la parole suite l’attaque du Capitole, elle avait répondu sèchement à ses détracteurs : «Je n’irai jamais m’asseoir et me la fermer car mon père a appris à sa petite dure à cuire que sa voix comptait.»

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici