12.1 C
Londres
dimanche, juillet 3, 2022

Nuage de gaz issu de l’éruption aux Canaries : quelles conséquences pour la France ?

Quelques jours après son réveil, le Cumbre Vieja continue de susciter l’inquiétude aux Canaries. L’une des deux coulées de lave du volcan, entré en éruption dimanche sur l’île espagnole de La Palma, a cessé d’avancer, ont annoncé jeudi les autorités. Mais les locaux restent préoccupés par la progression de l’autre coulée, d’une largeur de 500 mètres.  

La France aussi garde un oeil sur l’évolution de cette catastrophe naturelle. Car le Cumbre Vieja relâche depuis son éruption dimanche « une grande quantité de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère », comme l’a établi mercredi le programme d’observation européen Copernicus. Ces gaz ont déjà migré jusqu’au Maroc et au-dessus de l’Espagne. Selon les prévisions des spécialistes, ils devraient arriver sur la France d’ici à ce week-end. 

Pour comprendre l’ampleur de ce phénomène, il faut d’abord se tourner vers l’Institut volcanologique des Canaries (Involcan), qui estime la hauteur du nuage de cendres à 4,2 km au-dessus de la bouche éruptive. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

D’après l’institution, l’éruption pourrait durer « entre 24 et 84 jours » et relâcher quotidiennement 6000 à 11 500 tonnes de dioxyde de soufre dans l’atmosphère. Résultat : selon l’Observatoire français des orages, les concentrations en SO2 issues de l’éruption du volcan aux Canaries vont augmenter sur le bassin méditerranéen et en France durant le week-end, sous l’effet d’un flux de sud-ouest. Dans l’un de ses articles, Mark Parrington, scientifique membre du service de surveillance de l’atmosphère Copernicus, se veut toutefois rassurant : « Les impacts du SO2 libéré par Cumbre Vieja sur les conditions météorologiques et la qualité de l’air à la surface sont très probablement très faibles. » 

Des particules dispersées

Dans l’absolu, un tel phénomène peut rendre les précipitations légèrement plus acides que la normale dans les zones touchées. Mais cela ne devrait pas être le cas en France, car les particules sont bien dispersées. En effet, l’AEMET, l’agence météorologique espagnole, indique que le SO2 peut se concentrer dans certaines couches à une hauteur où il n’a pas d’impact direct sur la population, à peu près à 5000 mètres d’altitude dans ce cas précis. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Ainsi le passage de la fumée issue de la Cumbre Vieja n’aura pas d’impact sur la nature ou la santé des habitants. Pour rappel, le dioxyde de soufre peut affecter l’environnement et la santé humaine, provoquant une irritation des poumons et des yeux. Si l’Hexagone ne devrait courir aucun danger particulier, qu’en est-il dans les Canaries ? Jusqu’à présent, le porte-parole de l’AEMET, Rubén del Campo, insiste sur le fait qu’au niveau de la surface où vit la population et selon les informations du réseau de contrôle de la qualité de l’air des îles Canaries, « la qualité de l’air n’a pas été altérée par l’éruption volcanique ». Le spécialiste ajoute aussi qu’il est « très peu probable que cela produise un épisode de pluies acides dans l’archipel des Canaries ». 

Opinions

Chronique

Par Sylvain Fort

Chronique

Par François Bazin

Chronique

Par Pierre Assouline

Chronique

Nicolas Bouzou

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici