20.6 C
Londres
mercredi, juillet 6, 2022

Marina Abramovic corsetée par la Callas

La reine des performeuses témoigne de son amour pour la diva dans 7 deaths of Maria Callas, à l’Opéra Garnier. Un spectacle un peu trop sage pour toucher au cœur.

Après cinquante ans de carrière, Marina Abramovic, la diva des performeuses, met en scène son admiration sans borne pour celle qui représente pour elle la quintessence même de la diva: Maria Callas. Elle a imaginé un spectacle lyrique, 7 Deaths of Maria Callas, créé à Munich à l’automne 2020 mais dont la première française avait été reportée à cause de ce que vous savez. La voici qui fait maintenant l’ouverture de saison de l’Opéra national de Paris au Palais Garnier, en même temps que du Festival d’automne.

Abramovic avait déjà fait mettre en scène ses propres vie et mort par Bob Wilson. Cette fois elle se charge elle-même de la tâche, en s’identifiant à sept héroïnes tragiques que Callas a fait mourir en scène ou sur disque, les reliant par des textes coécrits avec Petter Skavlan, avant de culminer sur la mort de la cantatrice elle-même, dans son appartement du 36, avenue Georges-Mandel, Paris 16e. Chacune des sept protagonistes est chantée par une jeune cantatrice habillée en femme de

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici