21.5 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

Manifestation anti-pass : les commerçants et les élus face aux manifestants

Ce onzième samedi des manifestations anti-pass à Epinal a rassemblé les participants devant la préfecture comme chaque semaine. Sur les lieux, ils ont fait face à une délégation de commerçants, accompagnés d’élus, venus exprimer leurs difficultés et leur désarroi. Depuis toutes ces semaines, les manifestants sillonnent le centre-ville pour faire entendre leurs revendications, ce qui exaspère les commerçants qui ressentent une baisse de fréquentation.

Ils se sont fait face pendant presque une heure. Les commerçants qui voulaient exprimer leur détresse et les difficultés engendrées après des semaines de mobilisations des anti-pass devant leurs commerces, et les manifestants surpris par ce rassemblement organisé par les deux associations de commerçants spinaliens Epicentre et Synapse. Les commerçants ont cherché un dialogue difficile au son des tambours et des sifflets.

On ne veut plus se taire

D’un côté, des commerçants qui se disent « désespérés ». Ils avaient apporté des fleurs pour montrer le côté pacifiste de leur présence, « Flower power ». Ils s’inquiètent que certains doivent mettre la clé sous la porte. S’ils comprennent les motivations des manifestants, ils espèrent d’autres actions mais plus au centre-ville. Yannick Boyancé, propriétaire de la boulangerie du quai constate que « les rues sont vides chaque samedi. 15 salariés travaillent à la boulangerie, des salariés à qui on a expliqué l’importance de se faire vacciner et quand ils voient les défilés, ils se posent des questions. Le vaccin, c’est du bon sens si on veut travailler. On est la majorité silencieuse qui a fini de se taire ».  Les élus également se disent inquiets de la situation.  Et le premier édile de préciser : « Le droit de manifester est un principe fondamental et nous sommes très attachés à nos libertés individuelles. Cependant la ville appartient à tous et il faut trouver un point d’équilibre entre liberté d’expression et droit de travailler ».

Diviser les citoyens

Les manifestants, qui ne s’attendaient pas à faire face aux commerçants, aux élus et aux forces de l’ordre avant le départ de la manifestation ont montré leur exaspération. Céline, issue du milieu médical s’indigne. «  ça fait peur, très peur. On voit aujourd’hui la division des citoyens entre eux. On regrette l’impacte économique pour les commerçants mais il faut arrêter le pass. Je suis surtout contre par rapport aux enfants qui sont obligés de se faire vacciner pour faire des activités. Certains collèges font même du harcèlement jusqu’à téléphoner aux parents. Je suis scandalisée par cette pression qui ressemble à du chantage ».

Le centre-ville est dorénavant interdit aux manifestants. Ils étaient un peu plus de 200 hier. Et comme l’a souligné Gérald, « j’espère qu’après la colère, on travaillera ensemble ».

 


Article suivantEpinal accueille les nouveaux arrivants

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici