16.4 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

La reprise de Respect par Aretha Franklin classée meilleure chanson de tous les temps

Le magazine Rolling Stone a demandé à 250 professionnels de la musique de choisir leurs titres préférés. L’œuvre d’Otis Redding, réinterprétée par la reine de la soul, est arrivé en tête de ce classement.

«Tout ce que je demande c’est un peu de respect quand tu rentres à la maison (juste un peu)…» Ces quelques premiers vers donne le ton de Respect, la chanson que créa Otis Redding en 1965 et, que dans une sublime reprise, Aretha Franklin rendit immortelle deux ans plus tard en 1967. Aujourd’hui, quelques semaines après la sortie du film éponyme de Liesl Tommy, un biopic consacré à la reine de la soul, le magazine Rolling Stone vient de classer cet immense tube «meilleure chanson de tous les temps».

Ce standard absolu a une histoire. Dans un premier temps, Otis Redding écrivit les paroles de son point de vue, c’est-à-dire, celui d’un homme, qui souhaite que son épouse le respecte lorsqu’il rentre au foyer. Repris par Aretha Franklin, le message tout d’un coup s’inverse. C’est désormais au mari, appelé en anglais «Mister», de montrer du respect à son épouse ou à sa compagne.

Ce renversement des valeurs, enregistré, – ce n’est pas un détail le jour de la Saint-Valentin 1967 -, devient instantanément un symbole de la libération des femmes. Le biographe David Ritz écrira en 2014 dans Respect: the life of Aretha Franklin (pas encore traduit en français): « Aretha a su s’approprier magistralement le texte d’Otis et c’est devenu une sorte de talisman féministe.»

Aretha Franklin éclipse Bob Dylan

Cela faisait dix-sept ans que Rolling Stone n’avait pas actualisé son classement des meilleures chansons de tous les temps. En 2004, cette playlist d’excellence, établie après le vote de quelque 250 professionnels de la musique (critiques, musiciens, arrangeurs, etc.), avait élu Like a Rolling Stone de Bob Dylan.

Trois ans après la mort de la reine de la soul, c’est une belle consécration posthume qu’elle reçoit ici. Les éditorialistes des Rolling Stone ne se semblent pas avoir été étonnés par cet adoubement mérité, mais il faut bien l’admettre, bien dans l’air du temps de MeToo comme ils l’ont écrit dans leur magazine: «Respect a catalysé le rock’n’roll, le gospel et le blues pour créer le modèle de la musique soul vers laquelle les artistes se tournent encore aujourd’hui.»

Et en hommage à Aretha Franklin et Otis Redding, leur interprétation de Respect.

Aretha Franklin chante Respect , la version originale de 1967

Otis Redding chante Respect en 1965

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici