12.1 C
Londres
dimanche, juillet 3, 2022

Dans les rues de Marciac, le jazz reste roi, même quand le public se fait plus rare

REPORTAGE – Jusqu’au 4 août, artistes, commerçants et bénévoles se démènent pour organiser la 43e édition du festival gersois. Tous espèrent que le public sera au rendez-vous.

De l’aéroport de Pau à Marciac, petit village de 1200 habitants dans le Gers, «il faut compter 75 minutes de trajet». Au volant de son minibus, Isabelle file le long des petites routes vallonnées, derrière le convoi qui transporte Kimberose et ses musiciens. La chanteuse soul était la vedette de l’ouverture du Festival de jazz de Marciac samedi 24 juillet. À la fenêtre, les champs de tournesol succèdent aux champs de maïs. Ici et là, on aperçoit des mirandaises, vaches reconnaissables à leurs yeux maquillés de khôl, une race menacée de disparition qui revit dans le sud du Gers. Psychologue à Toulouse, Isabelle est chauffeur bénévole du festival1 depuis vingt ans. «Cette 43e édition est très différente, prévient-elle en enchaînant les virages dans les coteaux. L’ambiance est toujours aussi sympathique mais c’est beaucoup moins la cohue. Sur la grande place, il n’y a pas les stands de boutiques un peu baba cool et les restaurants habituels. Pour l’instant, c’est calme. On espère que le bouche-à-oreille

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 92% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici