20.6 C
Londres
mercredi, juillet 6, 2022

Covid-19 : 3e dose de vaccin en Allemagne, en Israël… Que disent les études ?

C’est une petite musique qui monte depuis déjà plusieurs semaines. Après Israël, le gouvernement allemand a annoncé lundi que dès le 1er septembre, les populations âgées et vulnérables, ainsi que les personnes n’ayant pas reçu de vaccin à ARN messager, pourront bénéficier d’une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19. Le projet n’étant pas encore finalisé, l’âge des personnes concernées n’a pas été précisé par le ministère allemand de la Santé. La semaine dernière, Israël a de son côté autorisé l’administration d’une 3e dose pour les personnes âgées de plus de 60 ans. 

Pour la virologue Mylène Ogliastro, directrice de recherche à l’Inrae de Montpellier, ces pays tentent d’anticiper la suite en « reboostant l’immunité face au variant Delta, pour lequel on sait que les anticorps ont une reconnaissance moins bonne de ce virus ». Selon elle, « plus on va laisser circuler ce virus, plus il va probablement échapper au système immunitaire. Cela peut poser problème, il faut arriver à le contrôler pour empêcher sa diversification et l’apparition de nouveaux variants encore plus contagieux ». 

Dans une étude parue le 27 avril dans la revue spécialisée Clinical Infectious Disease, des chercheurs de l’Institut de virologie de Düsseldorf ont montré que 17 jours après la deuxième vaccination, 31,3 % des personnes âgées de plus de 80 ans n’avaient pas d’anticorps neutralisants détectables, contre seulement 2,2% pour le groupe plus jeune. « Cela suggère que cette population doit être étroitement surveillée et peut nécessiter une revaccination plus précoce ou/et une dose de vaccin accrue pour assurer une immunité durable et une protection contre l’infection plus forte », écrivent les auteurs. 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Une nouvelle étude française confirme la nécessité d’une 3e dose

En France, la décision n’est pas encore actée. Le 12 juillet dernier, lors de sa dernière allocution, Emmanuel Macron semblait pourtant catégorique. « Ceux qui, vaccinés les premiers, c’est-à-dire en janvier-février, verront prochainement leur taux d’anticorps baisser, leur immunité diminuer (…). Dès la rentrée, une campagne de rappel sera mise en place pour vous permettre de bénéficier d’une nouvelle injection », avait-il lancé. Le chef de l’Etat s’appuyait alors sur un avis du Conseil scientifique du 6 juillet 2021 qui recommandait un rappel de vaccination chez les personnes de plus de 80 ans résidant en Ehpad ou à domicile. 

Dans un avis rendu le 16 juillet, la Haute autorité de santé (HAS) estimait qu’il n’y a pas lieu « pour le moment » de proposer une dose de rappel à la population en dehors des plus vulnérables et des plus âgés. « S’il paraît très probable qu’une injection de rappel procurera effectivement un effet boost, les données disponibles à ce jour ne permettent pas d’évaluer précisément l’impact ni la nécessité d’un tel rappel sur la prévention des échecs vaccinaux », indiquait la HAS. Le ministère de la Santé a toutefois a annoncé mardi que le périmètre exact des personnes qui pourront bénéficier d’un rappel vaccinal à la rentrée sera décidé après arbitrage « la semaine prochaine ». 

La réponse médicale, elle, pourrait venir d’une équipe de chercheurs du CHU de Lille dirigée par l’immunologiste Guillaume Lefevre. D’après les premiers résultats de leur étude sur le sujet commencée en mars, non validés encore par les paires mais soumis à une grande revue scientifique, la réponse immunitaire conférée par le vaccin Pfizer, deux mois après la seconde injection, diminuerait chez les personnes âgées n’ayant pas contracté le Covid-19. 

« On considère que deux doses, cela ne suffit pas »

L’étude a été réalisée grâce à la participation de 106 résidents d’Ehpad âgés en moyenne de 86 ans, en comparaison avec un autre groupe de personnels médicaux âgés en moyenne de 46 ans. 51 résidents, qui avaient déjà eu le Covid-19 et avaient été vaccinés à deux reprises, ont développé une réponse immunitaire comparable aux plus jeunes. Ceux n’ayant pas eu la maladie ont en revanche présenté un déficit très important d’anticorps et de lymphocytes T, responsables de la défense immunitaire.  

« C’est le principe même des rappels vaccinaux. On considère que deux doses, cela ne suffit pas. On se dit que trois doses, ce sera forcément mieux que deux. Cela devrait permettre de faire durer l’immunité plus longtemps, notamment chez des sujets très âgés avec beaucoup de comorbidités mais aussi avec un système immunitaire défaillant », explique Guillaume Lefevre.  

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Selon lui, « à partir du moment où on constate une baisse des anticorps deux mois après, on estime que cela va baisser très vite ensuite. Quand bien même ça serait protecteur ». Si leurs résultats n’ont pas encore été officiellement publiés, l’équipe de chercheurs se dit « extrêmement confiante ». L’étude doit encore se poursuivre dans les prochains mois, pour étudier la réponse immunitaire neuf mois après l’injection.  

Opinions

Chronique

Par le Pr Gilles Pialoux

Chronique

Par Sylvain Fort

Chronique

Jean-Laurent Cassely

Chronique

Robin Rivaton

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici