15.8 C
Londres
mercredi, juillet 6, 2022

«Aujourd’hui, plus personne ne se formalise du genre du premier violon»

VU D’AILLEURS – Première femme à diriger l’orchestre du Festival de Bayreuth, l’artiste ukrainienne ne craint pas ses collègues masculins: «Dans dix ans, tout aura changé.»

Par Luca Baccolini (La Repubblica)

Dans l’obscurité absolue du théâtre du Festival de Bayreuth, où les portes sont verrouillées pendant les représentations, le chef d’orchestre est un peu comme un astronaute solitaire. Enfermé dans la coquille conçue par Wagner, il n’a aucun contact avec le monde extérieur. En 145 ans, 92 chefs d’orchestre ont réussi ce tour de force, dont une seule femme, l’Ukrainienne Oksana Lyniv, née en 1978, à qui le festival le plus conservateur du monde (on n’y joue que des œuvres wagnériennes) a confié son titre inaugural post-pandémie, Le Vaisseau fantôme —la dernière représentation a eu lieu le 20 août.

Dans l’univers de la musique classique, Oksana Lyniv est la femme de l’année. Mais sa véritable réussite a été de concentrer toute l’attention du public et de la critique non sur ce qu’elle est, mais sur ce qui fait la particularité de son travail, à savoir une interprétation fluide et entraînante des œuvres de Wagner, un voyage à 300 km/h qui parvient à capturer

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici