22.8 C
Londres
mercredi, juillet 6, 2022

arrêts sur mirages pour «Don Giovanni»

CRITIQUE – Musique surchargée d’effets, juxtaposition de tableaux, distribution discutable…À Salzbourg, l’opéra de Mozart peine à convaincre.

Quand une représentation de Don Giovanni commencée à 18 h 30 se termine à 22 h 33 et que l’entracte a été de durée normale, des questions se posent. On dit souvent qu’à l’opéra, le metteur en scène ne peut intervenir sur le temps, dicté par la musique. Ce n’est pas tout à fait vrai s’agissant de l’opéra classique, où l’on peut dilater celui des récitatifs, proches du tempo de la parole.

Comme jadis Michael Haneke à Paris, c’est ce qu’a fait Romeo Castellucci dans la nouvelle production mozartienne du Festival de Salzbourg, prenant le parti de briser la fluidité des enchaînements pour pratiquer l’arrêt sur images et le tableau vivant. Mais ce Don Giovanni de quatre heures est surtout le fait du chef Teodor Currentzis, nouveau mozartien d’élection choisi par le directeur du Festival, Markus Hinterhäuser, et couronné par le public comme la nouvelle star de Salzbourg.

Expérience désarçonnante

Or, c’est là que le bât blesse. Là aussi que se situe le grand malentendu. À l’entracte, nous avons surpris des conversations

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici