21.1 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

Après ces propos homophobes, DaBaby continue ses provocations

Le rappeur américain a répondu à ses détracteurs, dont la chanteuse Dua Lipa, dans la vidéo de son nouveau titre, Giving What It’s Supposed To Give. Loin de s’excuser, il estime être une nouvelle victime de «la cancel culture».

«Si vous n’êtes pas venus aujourd’hui avec le VIH, le SIDA ou n’importe quelle autre maladie sexuellement transmissible qui vous tue en deux, trois semaines, allumez vos téléphones.» Les propos homophobes de DaBaby, dimanche dernier lors d’un concert au Rolling Loud Festival à Miami, ont provoqué un véritable tollé. Après de timides excuses, le rappeur a finalement décidé de répondre à ses détracteurs avec un nouveau titre Giving What It’s Supposed To Give. Publiée hier soir, la vidéo a déjà été visionnée plus d’un million de fois.

Pour l’artiste qui se définit avant tout comme un «entertainer» qui «divertit uniquement et est payé pour le faire», ce clip est la réponse parfaite à la polémique. Plutôt que de se confondre en excuses, DaBaby se pose en victime d’une société choquée par des «choses jugée “offensantes” dites pendant [sa] performance». Il estime même d’ailleurs être une nouvelle cible de la «culture de l’effacement» («cancel culture»).

«Mes excuses pour être moi-même»

Dans sa vidéo, il apparaît dans une église à une cérémonie d’obsèques, vêtu de blanc, affabulé de grosses chaînes en or autour du cou. Il se dirige vers le défunt, un policier noir, et lui crache dessus provoquant des cris d’indignation. Le ton est donné !

Dans ce clip de quatre minutes qu’il a lui même réalisé, le rappeur enchaîne les scènes provocantes. Il se met en scène dans des relations sexuelles, illustration de paroles très explicite, joue au détenu arrêté car il vaut «un milliard de dollars» et s’amuse de son procès fictif. La vidéo se conclut avec ces mots écrits en lettres arc-en-ciel: «Ne combat pas la haine avec de la haine.» Ses excuses ? Elles sont très personnelles : «Mes excuses pour être moi-même de la même manière que vous voulez la liberté d’être vous».

DaBaby continue la provocation. Son discours relayé sur la toile avait provoqué une vague d’indignation. L’artiste Dua Lipa -qui l’avait invité sur le remix de son titre Levitating – se dit «choquée et terrifiée» par des propos qui stigmatisent la communauté LGBT et les personnes séropositives. Poussant l’artiste à s’excuser. En vain. Le rappeur a au contraire décidé de se servir de la polémique pour promouvoir son nouveau titre. Une attitude qui pourrait lui coûter cher. Sur Instagram, le géant du textile, Boohoo Man – avec qui il devait créer sa propre collection – a annoncé la fin de leur collaboration. Avant de préciser : «Nous supportons la communauté LGBT+ et nous ne tolérons aucune forme de discrimination.»

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici