13.7 C
Londres
jeudi, juin 30, 2022

À Verbier, le classique a du relief

MUSIQUE – Malgré un orchestre placé en quarantaine, le festival a réussi à surprendre en dosant les têtes d’affiche et les talents naissants.

«Le sang-froid doit être dans l’ADN suédois», répond Martin Engström, directeur du Festival de Verbier, lorsqu’on lui demande comment il a géré le stress ces dernières semaines. Car du nerf, il en a fallu à celui qui a fondé voici vingt-huit ans cette manifestation unique. Juché à 1500 mètres d’altitude, au cœur des Alpes suisses, le festival valaisan a pour colonne vertébrale son orchestre, le Verbier Festival Orchestra. Il s’agit d’une des plus performantes formations de jeunes, âgés de 18 à 28 ans et encadrés par les chefs de pupitre du Met, le Metropolitan Opera de New York. Leur directeur artistique, l’inévitable Valery Gergiev, leur lance chaque année des défis exaltants, comme ces opéras de Wagner et Puccini en version de concert prévus en 2021.

Elle était bien là, début juillet, cette relève des cordes, bois et cuivres recrutée en Amérique, Europe, Russie et Asie pour se colleter au métier d’orchestre à haut niveau. Et c’est le grain de sable… Un jeune instrumentiste fait un aller-retour

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici