16.4 C
Londres
mardi, juillet 5, 2022

À Beaune, le festival bonifie l’opéra

CRITIQUE – «La Flûte enchantée», dirigée par Jérémie Rhorer, restera particulièrement marquante.

Encore un week-end d’émotion à Beaune! Et de nostalgie. Il y a quinze ans, obligée de pallier la défection d’un maestro dans Idoménée de Mozart, Anne Blanchard, fondatrice du Festival, a fait ce qu’elle sait si bien faire: le pari de la jeunesse, misant sur Jérémie Rhorer comme chef d’opéra. Il est devenu depuis le mozartien que l’on sait, du Théâtre des Champs-Élysées à Aix-en-Provence. Ce qui ne l’a pas empêché, la semaine dernière, de revenir en Bourgogne, pour le seul opéra de Mozart que nous ne l’avions pas encore vu aborder: La Flûte enchantée.

Certes pas dans la cour des Hospices en raison de risques d’orages, l’acoustique réverbérée de la Basilique Notre-Dame, lieu de repli, l’obligeant sans doute à adapter certains choix musicaux. On craint de se répéter, mais chaque fois que Rhorer dirige Mozart, on a le même sentiment d’évidence dans la logique des tempos et la cohérence dramatique. Vive ou méditative, tendre ou majestueuse, sa Flûte coule de source, avec un sens organique du

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Les dernières nouvelles
Nouvelles connexes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici