14.2 C
Londres
mercredi, septembre 28, 2022

David Bowie, Roger Taylor, Elton John, Feu! Chatterton… Découvrez notre playlist du week-end

Un rock poétique, un album bruyant, un western marin, un conseil d’ami, des retrouvailles au sommet… Vous trouverez votre bonheur dans notre bande-son de la semaine.

L’album perdu de David Bowie

Ce précieux Toy, enregistré en 2001, que l’on croyait à jamais disparu, suite à une mésentente entre Bowie et sa maison de disques, va bel et bien sortir. Vaut mieux deux fois qu’une, il paraîtra le 26 novembre dans le coffret David Bowie 5. Brilliant Adventure (1992 – 2001), puis le 7 janvier, veille de l’anniversaire de David Bowie, dans l’édition augmentée de Toy Box. Son premier titre, You’ve Got A Habit of Leaving, est disponible à l’écoute. Il s’agit d’un nouvel enregistrement du titre original datant de 1965, lorsque Bowie avait pour nom de scène Davy Jones. Échec commercial à l’époque, vite évincé par le succès de Space Oddity en 1969. Aujourd’hui, la piste résonne différemment et rend le souvenir de l’homme aux mille visages plus agréable. J. G.

Feu! Chatterton fait de la résistance

Disponible depuis le 12 mars, Palais d’Argile, troisième album studio de Feu! Chatterton, installe les cinq amis sur un piédestal, jusqu’à assurer la première partie du concert de U2 à Paris. Son rock poétique côtoie aussi bien les douces Panthère et La mer que le clamant Écran total. Ce dernier a le droit cette semaine à son clip. Face à des «sans-dents» révoltés en bleu de travail, on découvre Denis Lavant en tyran, comme il l’a été sur les planches sous les traits de Néron. La mise en scène et les paroles font directement écho à la crise des Gilets jaunes, période où Arthur Teboul a justement écrit Écran total. À regarder (et écouter) avec des «lunettes spéciales». J. G.

Saint DX change de casquette

Avec son deuxième EP Unmixtape, Saint DX s’entoure d’artistes talentueux : Ménage à Trois, David Numwami, Joseph Schiano di Lombo. D’habitude, il produit pour les plus populaires d’entre eux, à l’égard de Damso et son album QALF. Cette fois, Saint DX prouve qu’il est aussi doué dans sa propre musique. Des synthétiseurs comme marque de fabrique, voilà neuf titres soigneusement accomplis. D’anciennes pistes figurent sur l’EP, comme le délicat No Love et l’accrocheur A Phone Call. Avec un clip tourné en moins d’un mois, Ilya souligne l’aisance de l’artiste qui chante pour la première fois en français. J. G.

Courtney Barnett discute amitié

Write A List of Things to Look Forward To marque le single le plus remarquable de son album à venir, Things Take Time, Take Time, qui sortira le 12 novembre. Ce titre tire son nom d’un conseil qu’un des amis de Courtney lui a préconisé pour l’aider à surmonter une période de déprime. Dans ce premier single, la chanteuse australienne pose un regard emplit de douceur sur les relations amicales et raconte les petites victoires de la vie quotidienne. Son jeu de guitare atypique vient se mêler à cette certaine mélancolie qui découle de sa voix. Après trois années d’absence, elle nous invite de nouveau dans son monde emplit de douceur. En attendant la suite avec impatience. V. C.

Un retour en dilettante pour IDLES

Les Anglais d’IDLES reviennent en novembre pour un quatrième album. Le groupe a publié cette semaine The Beachland Ballroom, un premier extrait du disque entièrement produit par Kenny Beats. Ce n’est pas leur première collaboration mais ils n’avaient pas signé encore d’album complet. Ce qui aiguise la curiosité. Jadis musicien EDM, Kenny Beats est aujourd’hui un producteur hip-hop ultra-demandé et adepte des featurings en tous genres. Ce premier single, que le groupe décrit comme un morceau de soul, voit les Anglais proposer une version moins frontale de leur post-punk d’habitude si nerveux. Le résultat est une jolie surprise, une ballade élégante, imprégnée des guitares râpeuses auxquelles IDLES nous avait jusque-là habitués. M. Y.

Burna Boy et Polo G, duo gagnant

En quelques années, Burna Boy est devenu une icône et le porte-étendard de la bouillante scène hip-hop nigériane. Son dernier album a remporté le Grammy Award du meilleur album de World Music, et son nom est aujourd’hui connu à travers le monde. Il fait son retour avec le single Want It All, accompagné de Polo G. À seulement vingt-deux ans, ce dernier s’est affirmé comme un poids lourd de la scène drill américaine, bien aidé par l’excellent Die A Legend sorti en 2019, et son tube Rapstar dévoilé durant l’été. Grâce à un simple arpège de guitare acoustique et un beat drill, la combinaison de leurs deux univers fonctionne à merveille sur ce titre. M. Y.

Western marin avec Roger Taylor

Tout est à prendre dans Outsider, le nouvel album solo de Roger Taylor sorti le 1er octobre. Le batteur de Queen pose une voix bowienne sur ce disque poétique, très largement inspiré des Pink Floyd. Parmi les douze morceaux, une chanson se détache pourtant. Tides est une ode à la mer. À la mélancolie se mêle un parfum d’aventure. On voyage vers l’horizon sans pour autant quitter la terre ferme. On hésite: l’artiste nous propose-t-il un road trip marin ou bien une chevauchée sur la lande ? L. F.

Les retrouvailles d’Elton John et Stevie Wonder

Cela faisait 35 ans que les deux artistes n’avaient rien sorti ensemble. Leur dernière collaboration, That’s What Friends Are For, célébrait l’amitié et la solidarité. Le morceau Finish Line rend hommage aux héros, à la persévérance et tente d’apaiser l’angoisse qui précède la mort. Stevie Wonder et Elton John forment ici leur premier véritable duo. Ce dernier a même déclaré dans un communiqué qu’il s’agissait sans doute de «l’un des meilleurs enregistrements» qu’il ait fait de sa vie. Il figurera d’ailleurs sur le prochain album de l’artiste britannique, The Lockdown Sessions, prévu pour le 22 octobre. L. F.

James Bond et Hans Zimmer, la rencontre de génies

007 apparaît, on ne devine que sa silhouette encadrée par le cercle d’un canon. Soudainement, il se tourne vers le public, pointe son arme sur celui-ci et tire. Ce générique est sûrement l’une des plus cultes du cinéma international, sur fond d’une musique qui ne l’est pas moins. La mélodie a été créée à quatre mains, celles des compositeurs britanniques Monty Norman et John Barry. Cette année, à l’occasion de la sortie du dernier film, No Time to Die, le- thème de James Bond, Gun Barrel, a été recomposée par Hans Zimmer. On vous le donne en mille… Lorsque le génie de la musique de film rencontre l’espion le plus connu de l’histoire du cinéma, c’est forcément un sans-faute. V. C.

Les dernières nouvelles