10.5 C
Londres
mercredi, septembre 28, 2022

INFOGRAPHIES. Incidence, hospitalisations… Les mineurs face à l’épidémie de Covid-19

Le grand jour est arrivé. Près de 12,3 millions d’élèves font leur rentrée ce jeudi, une rentrée que l’exécutif espère la plus normale possible, alors que la situation sanitaire s’améliore. Pour le moment, l’optimisme prévaut. Le ministère a retenu le protocole sanitaire de « niveau 2 » (sur 4) qui prévoit l’accueil des élèves en présentiel, et impose le port du masque en intérieur, sauf en maternelle. 

Ce protocole est critiqué par des syndicats car jugé trop flou ou pas assez strict dans un contexte de quatrième vague. Les autorités n’excluent d’ailleurs pas un durcissement des règles au cours des prochaines semaines si la situation sanitaire se dégrade. Ce scénario est redouté par les scientifiques qui craignent que les écoles ne deviennent des réservoirs du virus avec le variant Delta, hautement contagieux. Ce qui entraînerait une dégradation des indicateurs actuels, au sein de la population générale, et chez les mineurs.  

  • Le taux d’incidence en baisse, sauf pour les moins de 9 ans

C’est l’un des signes d’amélioration de la situation sanitaire : la baisse du nombre de cas quotidiens. Il semble toujours marquer le pas, avec 17 621 cas recensés mercredi. Les quelque 110 000 cas détectés lors des sept derniers jours correspondent à une baisse de 6,5% par rapport aux sept jours précédents. Logiquement, le taux d’incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants) est en baisse au sein de la population générale. Il s’établit à 179, contre 217 la semaine précédente, selon Santé publique France.  

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Mais cette baisse ne concerne pas tout le monde. Certes, le taux d’incidence est également en baisse chez les 10-19 ans. Situé à un niveau plus élevé, il est désormais à 242, contre 297 la semaine précédente. Mais la situation est différente pour les enfants de moins de 9 ans. Les chiffres font apparaître un plateau très légèrement ascendant. Pour eux, le taux d’incidence est actuellement à 130, contre 110 il y a trois semaines.  

Evolution du taux d’incidence

L’Express

Visualisez l’infographie en cliquant ici.  

Une augmentation des cas pourrait entraîner un durcissement du protocole dans les écoles, avec une limitation plus stricte du brassage des élèves ou la mise en place d’une jauge, à échelle locale ou nationale.  

Selon les règles en vigueur, un cas de Covid-19 dans une classe en primaire entraînera une fermeture. Cela était déjà le cas en juin. En cas de contamination au collège ou au lycée, seuls les élèves cas contacts qui ne sont pas vaccinés devront s’isoler, pendant une semaine. 

  • Hospitalisations : des formes graves très rares

Sans être alarmiste, le virus est loin d’avoir disparu. Aux Antilles et dans les zones rouges de Guyane, la rentrée a été reportée du 2 au 13 septembre en raison de la situation sanitaire « grave ». Et plusieurs indicateurs actuels sont à un niveau plus élevé que ceux lors de la rentrée 2020.  

Il existe néanmoins une différence majeure : l’arme de la vaccination. L’efficacité contre les cas nécessitant une hospitalisation s’élève à 90%. Si la quatrième vague est portée par un variant hautement contagieux, les chiffres concernant les hospitalisations ou les admissions en soins critiques sont à un niveau plus bas que lors des précédentes vagues.  

Quid des enfants ? On le sait, les cas sont très rares chez les enfants. On compte actuellement 66 enfants de moins de 9 ans à l’hôpital (sur plus de 11 000 patients), dont 54 en métropole. Les régions Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur ont les chiffres les plus élevés, avec respectivement douze et neuf enfants hospitalisés. En soins critiques, les patients de moins de 9 ans sont au nombre de dix en métropole.  

Hospitalisation des enfants de moins de 9 ans, au 1er septembre 2021

L’Express

Visualisez l’infographie en cliquant ici.  

Du côté des moins de 10-19 ans : 80 enfants sont actuellement à l’hôpital, dont 63 en métropole. Les régions Ile-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes ont les chiffres les plus élevés, avec dix enfants hospitalisés. On en compte douze en soins critiques en métropole.  

Hospitalisation des enfants de 10-19 ans, au 1er septembre 2021

L’Express

Visualisez l’infographie en cliquant ici. 

  • La vaccination (pour les 12-17 ans), l’arme de la rentrée 2021

Parmi les mineurs, seuls les 12-17 ans sont pour le moment éligibles à la vaccination, depuis le 15 juin. Le nombre d’immunisés (63% d’enfants ayant reçu au moins une dose) est logiquement plus faible que dans la population générale (72% de la population primo-vaccinée), mais la progression de la couverture vaccinale est toujours importante.  

Nouveauté en cette rentrée : collèges et lycées vont contribuer à la campagne vaccinale. Le gouvernement prévoit déployer des « équipes mobiles » dans certains établissements et d’acheminer des groupes d’élèves volontaires vers les centres de vaccination. 

Evolution de la couverture vaccinale chez les 12-17 ans

L’Express

Visualisez l’infographie en cliquant ici.  

En dessous de 16 ans, un élève doit nécessairement détenir une l’autorisation parentale pour bénéficier du vaccin. « Or l’expérience des autotests nous a montré qu’il y avait très peu d’adhésion de la part des élèves et des familles, insiste auprès de L’Express Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-Unsa. Notamment parce que les familles tiennent à être présentes aux côtés de leurs enfants pour les gestes médicaux. » 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l’app

Les interrogations ne portent pas uniquement sur la situation sanitaire. « Cette rentrée aurait nécessité la mise en place d’un plan d’urgence et la création massive de postes pour l’éducation, dans un contexte qui a rendu plus compliquée la progression des apprentissages », estime dans un communiqué une intersyndicale réunissant CGT, FSU, FO et Sud. Ces syndicats appellent à la grève le 23 septembre pour demander plus de moyens pour l’école. 

Opinions

Chronique

Gwénaëlle Avice-Huet est vice-présidente senior en charge de la stratégie de Schneider Electric

Chronique

Nicolas Bouzou

Chronique

Frédéric Filloux

Economie

Jean-Marc Daniel

Les dernières nouvelles