6.2 C
Londres
mercredi, septembre 28, 2022

«faut avoir un grain pour dire que les vaccins sont destinés à tuer»

Tout en l’assurant de son admiration, le guitariste de Queen se moque de son collègue qui ne veut pas jouer devant un public soumis au passe vaccinal.

Brian May a rejoint la liste des artistes qui regarde d’un œil désapprobateur la rhétorique anti-vaccin d’Eric Clapton. Le guitariste de 76 ans n’apprécie pas les mesures sanitaires limitant, au Royaume-Uni comme dans beaucoup de pays, le public des concerts aux seules personnes vaccinées. Il a donc annoncé qu’il se réservait le droit d’annuler ses concerts si le public était contraint à de telles mesures.

Mais de telles déclarations ne pouvaient pas rester sans réponse et c’est Brian May qui a pris les choses en main dans les colonnes de The Independent. Pour le guitariste de Queen, Eric Clapton reste un «héros». «Je l’adore mais nous avons des points de vue très différents à bien des égards», explique-t-il et notamment concernant le covid. «Mais les antivax, je suis désolé, ils sont neuneus. Il existe une multitude de preuves qui montre que la vaccination est efficace», ajoute-t-il. «Tous les médicaments que vous prenez ont des effets secondaires mais, je suis désolé, faut vraiment avoir un grain pour dire que les vaccins sont destinés à tuer».

Malgré ses réserves le musicien de Queen a rappelé son admiration au rocker mythique. Un hommage teinté d’ironie. «C’est une personne qui pense que c’est normal de tirer sur des animaux pour s’amuser, donc nous avons nos désaccords. Mais je ne cesserai jamais de le respecter.»

Eric Clapton devait se produire au Royal Albert Hall en mai 2022. La salle accueillera d’ici-là The Proms, une série de concerts de musique classique. Cette édition aura lieu sans distanciation sociale avec l’obligation pour le public de fournir une preuve de vaccination.

Le Royaume-Uni assiste à une montée en flèche des contaminations causée par le variant Delta, même si le pays dispose de la campagne vaccinale la plus avancée d’Europe. La politique du gouvernement britannique de lever les restrictions sanitaires et tout miser sur le vaccin, irrite les anti-vaccins.

Les dernières nouvelles